Jazz Au Fil de l'Oise 2016

JAFO95-2016-01 JAFO95-2016-01-b

Sur cet album venez découvrir les photos de la 21ème édition du festival Jazz au Fil de l'Oise, du 19 ocotbre au 11 décembre 2016.

Cliquez sur l'image pour découvrir le reportage.

Si vous souhaitez obtenir des clichés issus de ce reportage, n'hésitez pas à me contacter par mail (thiebaut_p@yahoo.fr).

Merci à Isabelle Mechali et Claudette de San Isidoro pour l'autorisation d'utiliser les textes issus du programme du festival.

Album Concerts 2016 Jazz Au Fil de l'Oise 2012 Jazz Au Fil de l'Oise 2013 Jazz Au Fil de l'Oise 2014 Jazz Au Fil de l'Oise 2015 Galerie photos Pascal Thiébaut Jazz Au Fil de l'Oise
15 octobre Lou Tavano "For You" sextet
Pontoise, avec Lou Tavano : voix, Alexey Asantcheeff : piano, Arno de Casanove : trompette et bugle, Maxime Berton : saxophones, clarinette basse et flûte alto, Alexandre Perrot : contrebasse, Ariel Tessier : batterie
Nouvelle sensation du jazz vocal dont le nom bruisse sur la scène parisienne, LOU TAVANO, à l’orée de la trentaine, publie son premier album For you paru chez Act/Harmonia Mundi ; un opus qui ne passera pas moins inaperçu que la flamboyante chevelure rousse qui lui sert parfois d’effigie. La belle histoire entre Lou et Alexey a commencé sur Satin Doll de Duke Ellington. Ils ne se sont plus quittés, faisant de la musique l’espace amoureux de leur collaboration artistique. “Dans la voix grave, abyssale et comme voilée de givre de LOU TAVANO passent des inflexions folk autant que jazz”.
19 octobre Avishai Cohen Trio
Herblay, avec Avishai Cohen : contrebasse, Omri Mor : piano, Itamar Doari : percussions
Le contrebassiste revient au trio contrebasse-piano-batterie, son « outil de travail » fondamental qu’il dit n’avoir jamais quitté car toute sa musique a toujours été écrite pour être exécutée par ce type de formation. Au delà des qualités techniques et artistiques de ses deux partenaires, AVISHAI COHEN ajoute, ces mots simples et forts : « Tous deux emportent ma musique dans des lieux et des perspectives que je ne soupçonnais pas : je ne peux pas rêver mieux. Ici, trois ne fait plus qu’un ». Une musique présentée sans fard, et sans distraction dont le rythme, le groove et la transe, signature de l’artiste, contribuent à nourrir l’énergie positive qui traverse l’album.
04 novembre Peirani/Wollny Duo
Montmorency, avec Vincent Peirani : accordéon, Michael Wollny : piano
Comme en témoignent les différentes récompenses aux Victoires du jazz deux années consécutives en 2014 puis 2015, ainsi que par l’Académie du jazz, VINCENT PEIRANI s’est imposé sur la scène musicale comme l’un des interprètes, improvisateurs et compositeurs des plus accomplis. Passé maître dans l’art de l’improvisation, MICHAEL WOLLNY, quant à lui s’est bâti une solide réputation Outre-Rhin en collaborant avec de très nombreux artistes de renom. Nous les retrouvons en tête à tête pour une conversation sans cesse renouvelée s’adonnant à leur passion commune : la folk, mais pas seulement !
05 novembre Anne Paceo "Circles"
Ermont, avec Anne Pacéo : batterie, Leila Martial : chant, Christophe Panzani : saxophone soprano, Tony Paeleman : claviers
Batteuse sans frontière, ANNE PACEO compte déjà 4 albums à son actif en qualité de leader. Elle se distingue par un parcours exceptionnel et singulier : première femme batteur diplômée du CNSMDP (Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris), première batteuse française à intégrer le dictionnaire du jazz, premier batteur à remporter une Victoire du jazz dans la catégorie « révélation ». « Circles est une succession de tableaux, allant du clair à l’obscur, du dénuement total au bouillonnement, des tempêtes intérieures aux moments de calme et de plénitude » ajoute-t-elle. « Avec ce nouvel album, ANNE PACEO s’impose au premier rang des créatrices capables de mêler l’art du songwriting avec la force suggestive de l’improvisation ». ANNE PACEO a été sacrée “Artiste de l’année” par Les Victoires du Jazz 2016 se tenant en ouverture du festival Jazz à Juan en juillet dernier.
05 novembre Shai Maestro
Ermont, avec Neli Andreeva : voix, Shai Maestro : piano, Jorge Roeder : contrebasse, Ziv Ravitz : batterie
Quelques années à peine auront suffi au jeune pianiste SHAI MAESTRO, découvert aux côtés du contrebassiste AVISHAI COHEN, pour s’imposer au-delà de la scène jazz. Inséparable de ses compagnons surdoués, le contrebassiste péruvien Jorge Roeder et le batteur israélien Ziv Ravitz, le bien nommé Maestro délivre une musique lyrique, extrêmement dynamique, dont l’être humain reste le centre de sa quête musicale. Avec la signature de 3 albums à son actif, le trio achève une trilogie et a tracé la route du succès. Un nouveau projet voit le jour ici, ouvrant le champ vers d’autres horizons avec une invitée exceptionnelle, la chanteuse des Voix Bulgares, NELI ANDREEVA qui augure d’un nouvel album à paraître dont les festivaliers auront la primeur.
06 novembre Thomas Enhco / Vasselina Serafimova, "Funambules"
L'Isle-Adam, avec Thomas Enhco : piano, Vassilena Serafimova : marimba
Depuis sept ans, le pianiste français THOMAS ENHCO et la percussionniste bulgare VASSILENA SERAFIMOVA forment un duo hors norme. Quand ces deux elfes se croisent, une musique d’une rare intensité naît au carrefour des genres, classique, jazz, influence contemporaine, improvisation et des dispositifs instrumentaux entre piano et marimba. Sur la couverture de ce premier album paru chez Deutsche Grammophon Funambules, le duo habillé de rouge feu apparait évoluant sur une planète lunaire argentée, libre de réinventer un univers propre. Avides de toutes les musiques, ils croquent avec grâce et poésie un répertoire fou et éclectique ; sous leurs doigts un chant unique de fantaisie et d’onirisme prend forme.
11 novembre Francesco Bearzatti, "This machine kills fascists"
Pontoise, avec Francesco Bearzatti : saxophone ténor, Giovanni Falzone : trompette, Danilo Gallo : guitare basse, Zeno de Rossi : batterie
Poursuivant sa série de portraits en musique (après Tina Modotti, Malcolm X, Thelonious Monk), FRANCESCO BEARZATTI rend hommage à la figure légendaire Woody Guthrie, précurseur de la chanson folk engagée qui avait inscrit sur sa guitare “cette machine tue les fascistes” dès les années 30. À la tête de ce quartette transalpin bouillonnant réunissant les meilleurs jazzmen, le saxophoniste installé en France depuis 2000, affranchi de toute notion de genre, insuffle un vent puissant d’air frais sur le jazz.
11 novembre Omer Avital, "Abutbul Music"
Pontoise, avec Asaf Yuria : saxophone, Alexander Levin : saxophone, Eden Ladin : piano, Omer Avital : contrebasse, Ofri Nehemya : batterie
Omer Avital est un poète de la contrebasse, largement reconnu comme l’un des musiciens les plus innovants de sa génération. Dans le New York Times, Ben Ratliff a écrit « D’abord formé à la guitare classique, il plaque ses accords sur tout le manche et utilise le strumming tel un guitariste, avec des accents de flamenco ou de blues. Il peut sonner jazz, flottant et mélodique dans le style d’Oscar Pettiford, puis faire résonner la tonique comme un chanteur habité. Natif de Tel Aviv issu d’une famille maroco-yéménite, ses influences arabes et hispaniques se mêlent au blues ; c’est en martelant et en pinçant les cordes qu’il crée un langage nouveau pour son instrument. En dehors de Charles Mingus et du contrebassiste William Parker, une violence si spectaculaire à l’égard de l’instrument est difficile à trouver. ».
12 novembre Jan Garbarek Group featuring Trilok Gurtu
Pontoise, avec Jan Garbarek : saxophones ténor & soprano, Rainer Brüninghaus : piano, Yuri Daniel : basse électrique, Trilok Gurtu : batterie & percussions
Pilier du label ECM de Manfred Eicher, JAN GARBAREK est devenu une figure d’un jazz « européen », styliste attentif au silence et à la lenteur. Passé maître dans l’harmonie de ses compositions et improvisations sa musique nous va droit à l’âme. Ce son inimitable devenu incontestablement une marque déposée a acquis une dimension qui dépasse amplement le milieu du jazz. Ses innombrables albums, les concerts sur les plus grandes scènes du monde, ses années de collaboration avec Keith Jarrett ont hissé le saxophoniste norvégien au plus haut niveau d’une notoriété sans frontière. JAN GARBAREK est entouré du fidèle pianiste RAINER BRÜNINGHAUS, du bassiste électrique brésilien YURI DANIEL et du maître percussionniste indien TRILOK GURTU. Nul doute, le voyage se révèlera des plus passionnants à partager. Une chance inouïe de vivre ce moment rare !
13 novembre Ethics Michel Benita
Marines, avec Matthieu Michel : bugle, N'Guyen Lê : guitare, Mieko Miyazaki : koto, Michel Benita : contrebasse, Philippe Garcia : batterie
C’est avec le quintette ETHICS formé au début des années 2010 que MICHEL BENITA fait son entrée sur le fameux label ECM. On retrouve ici avec grand bonheur, l’un des meilleurs trompettistes européens, le Suisse MATTHIEU MICHEL, le couple qui avait su enchanter nos festivaliers valdoisiens constitué du guitariste N'GUYEN LÊ que l’on ne présente plus et la charismatique japonaise joueuse de Koto (harpe disposée à l’horizontale comme les vibraphones), MIEKO MIYAZAKI, l’inventif batteur français PHILIPPE GARCIA et le boss MICHEL BENITA qui a joué avec Archie Shepp, Aldo Romano, Andy Sheppard… La mondialisation a regagné ETHICS ! Un entrelacs d’ingrédients acoustiques et électriques dessine les contours d’une musique aérienne et rayonnante.
18 novembre Airelle Besson & Vincent Segal
Pontoise, avec Airelle Besson : trompette, Vincent Segal : violoncelle
Récompensée en 2015 par le Prix Django Reinhardt (Meilleur musicien français de l’année) de l’Académie du Jazz, et une Victoire du Jazz, catégorie révélation, AIRELLE BESSON continue son parcours d’exception et multiplie les projets. On connaît l’engouement de la trompettiste pour les cordes qu’elle affectionne particulièrement, puisque son premier instrument fut le violon avant qu’elle n’opte pour la trompette. Le violon a perdu une âme mais la trompette a retrouvé le chemin d’une musicienne talentueuse. Cette fois, la trompette de la belle s’entiche du violoncelle passionnant et globe-trotter de VINCENT SEGAL pour former un duo inédit qui risque de nous faire pâlir d’envie, tant l’aventure sera excitante ! À ne pas manquer.
19 novembre Kyle Eastwood, Times Pieces
Ermont, avec Brandon Allen : saxophone, Quentin Collins : trompette, Andrew McCormack : piano, Kyle Eastwood : contrebasse, Chris Higginbottom : batterie
Ce nouvel album du contrebassiste est le parfait reflet de son parcours artistique. D'abord, il sonne comme un aboutissement du travail entamé avec les jeunes Anglais qui l'accompagnent, désormais rejoints par un batteur cubain qui leur insuffle une pulsation impeccable. Autour des compositions souvent collectives du quintette, le répertoire est aussi un autoportrait musical de KYLE EASTWOOD : les reprises choisies (Herbie Hancock et Horace Silver) révèlent sa passion pour le hard bop lyrique des années cinquante et soixante, et une relecture de son thème pour Letters from Iwo Jima confirme l'importance de son écriture pour le cinéma. Tout en élégance mélodique et en groove soutenu, nous voilà au cœur d'un songbook moderne du jazz.
22 novembre Bojan Zulfikarpasicz, Julien Lourau Duo
Cergy, avec Bojan Zulfikarpasicz : piano, Julien Lourau : saxophones
« Ce duo est l’expression la plus évidente de notre longue amitié qui date du siècle dernier. Tout ce temps passé, au-delà et avec la musique, s’entend dans ce format : le discours, l'écoute et l'échange d'idées y sont très fluides. Le but étant quand même toujours de se surpasser et surprendre l'autre… » L’enjeu dépasse toute histoire d’ego. Une intro solo sur le ton de la confidence sert de rampe de lancement d’une furia sonore, un long chorus fait écho à de douces volutes. Le fantôme de Ravel hante quelques pièces, l’ombre de Shorter plane. Le clavier presque beuglé, comme une fanfare d’ébène, comme un orchestre de cordes violentées, fait corps à cœur avec le sax furibard, funky ou free, selon l’humeur. Ils se percutent, se frôlent, s’enlacent. Limite art brut. Jamais brutal. Juste de l’amitié pure et dure.
24 novembre Avishai Cohen, Into the Silence
Jouy-le-Moutier, avec Avishai Cohen : trompette, Yonathan Avishai : piano, Yoni Zelnik : contrebasse, Ziv Ravitz : batterie
On avait découvert AVISHAI COHEN en ébouriffant virtuose au sein de son trio sans piano, donnant libre cours à l’improvisation. Avec son entrée sur le label ECM, le trompettiste se révèle profond, lyrique et inscrit l’opus Into the Silence à un tournant de sa vie marquée par la récente disparition de son père. « D’où sans doute cette mélancolie qui nous saisit dès les premières mesures de Life and Death, quand une trompette quasi impalpable laisse planer son chant fragile sur les sobres harmonies du piano de Yonathan Avishai. Tout l’album pourrait d’ailleurs être considéré comme une sorte d’étude sur les infinies possibilités expressives de la sourdine dont AVISHAI COHEN joue avec une sensibilité inégalée ». Un chant du silence qui se transforme en méditation pour surmonter l’épreuve de l’absence.
26 novembre Sarah Amiot, Usher Garden
Vauréal, avec Sarah Amiot : chant, Pablo Roquefort : guitare, Florent Allirot : contrebasse, David Paysha : batterie
Conduit par la voix prometteuse et cristalline de SARAH AMIOT, ce jeune quartet, émanation du CRR de Cergy-Pontoise, nous invite dans son jardin secret d’Usher. Les objets sonores fusent et la musique se pare de reflets oniriques par nuit de lune rousse...
26 novembre Henri Texier, Sky Dancers
Vauréal, avec Sébastien Texier : saxophone & clarinette, François Corneloup : saxophones, N'Guyên Lê : guitares, Armel Dupas : piano, Henri Texier : contrebasse, Louis Moutin : batterie
« Le plaisir inouï que l’on prend à jouer cette musique et à la partager avec d’autres humains demeure la plus belle de ses justifications » confie HENRI TEXIER. Chef de file du jazz depuis plus de 50 ans, le contrebassiste animé d’un sens de l’engagement indéfectible au service de l’Homme, qui a côtoyé les plus grands de la scène jazz, n’a cessé de se renouveler, de fédérer énergie et nouveaux talents. Une nouvelle aventure s’élance dans son firmament, Sky Dancers, qui rend hommage aux peuples amérindiens et à leur univers poétique. Deux nouveaux musiciens, loin d’être inconnus à notre public, rejoignent la troupe de ses fidèles compagnons : l’inventif et innovant guitariste N’Guyên Lê, porteur d’un chant unique et le pianiste Armel Dupas au toucher élégant et à l’impeccable mise en espace de la musique. Trois générations sont à l’œuvre pour notre plus grand plaisir.
27 novembre Naïssam Jalal & Rhythms of Resistance
Vauréal, avec Naïssam Jalal : flûte & nay, Mehdi Chaïb : saxophones ténor et soprano & percussions, Karsten Hochapfel : guitare & violoncelle, Matyas Szandai : contrebasse, Arnaud Dolmen : batterie & percussions
"Parisienne d'origine syrienne, la flûtiste NAÏSSAM JALAL a fondé son quintet en 2011, au début des révoltes arabes : par cette union cosmopolite (cinq nationalités) et composite, elle entendait riposter à la tentation des replis identitaires. Rebelle aux assauts virtuoses auxquels se prêtaient sa flûte traversière et sa flûte nay, cette grooveuse préfère les ruptures de rythme, les thèmes effleurés et le suspense de l'improvisation."
29 novembre Red Star Orchestra featuring Thomas de Pourquery
Bezons, avec Thomas de Pourquery : voix, Johane Myran: direction du Red Star Orchestra
Star du Red Orchestra, THOMAS DE POURQUERY emprunte les chemins de Broadways, pour nous faire découvrir cette fois ses talents de crooner. Sur un projet lancé par le chef d’orchestre Johane Myran, THOMAS DE POURQUERY, barbe fleurie, carrure de demi de mêlée et tessiture de baryton délaisse le saxophone pour revisiter en compagnie du RED STAR ORCHESTRA un répertoire de grands standards de jazz, de sa voix d’ange ou de démon, selon l’humeur de l’instant ! L’inclassable « de Pourq » comme le surnomment ses proches vit ses passions (saxophones, chant ou cinéma), pied enfoncé sur l’accélérateur et prévient « Je ne m’éparpille pas, je fais des choses complémentaires qui se nourrissent. Je tisse, je tends des fils. Et pour tendre des fils, il faut des extrémités.» Décoiffant !!
03 décembre Andy Emler Megaoctet, Top Ten
Mériel, avec Laurent Blondiau : trompette & bugle, Laurent Dehors : saxophone ténor, Philippe Sellam : saxophone alto, Guillaume Orti : saxophone alto, Anthony Caillet : tuba, Andy Emler : piano, Claude Tchamitchian : contrebasse, Christophe Lavergne : batterie, François Verly : marimba & percussions
Pianiste, compositeur, arrangeur, catalyseur d'enthousiasmes, passionné par l'improvisation, ANDY EMLER est un créateur épicurien, bienveillant et prolifique qui ne cesse de se réinventer. Son MEGAOCTET qu’il dirige de main de maître depuis plus de 25 ans est constitué d’une troupe d’amis fidèles et voltigeurs, gourmands de la même esthétique, “une musique européenne vivante de début de siècle”. Les ingrédients essentiels de cette musique, une écriture ciselée pour chacun de ses extraordinaires solistes laissant une grande place à l’improvisation, un groove irrésistible et un amour de la vie et de la musique propre à exalter les âmes les plus sombres ou les plus réservées ! Jouissif.
04 décembre Jef Neve, Solo
Osny, avec Jef Neve : piano
À peine la trentaine, JEF NEVE n’a pas moins de dix albums à son actif, trios, concertos… Artiste globe-trotter, il joue sur les cinq continents et compose musiques de films ou de télévision. C’est en solo, avec la musique de son album One enregistré dans les Studios Abbey Road à Londres que le virtuose au toucher exceptionnel nous fera entendre son approche de la musique. Sans doute le pianiste le plus remarquable de la scène flamande.
09 décembre Jaleo Louis Winsberg, For Paco
Courdimanche, avec Sabrina Romero : voix, danse & cajón, Louis Winsberg : guitares, Alberto Garcia : voix & guitare, Cédric Baud : sas, mandoline & guitares, Stéphane Edouard : percussions
"Je dédie la musique de cet album à Paco de Lucia, lui qui a su ouvrir le monde du Flamenco au jazz et à l'improvisation... et mener son art à un niveau de pureté et de puissance très rare. Durant toutes ces années sa lumière a éclairé ma quête d'un jazz méditerranéen" confie LOUIS WINSBERG. Avec le 3e volet d’une trilogie intitulée For Paco, le guitariste revient avec Jaleo et son équipe qui nous avaient déjà subjugués. Fruit de la relation fusionnelle que le guitariste entretient avec le flamenco depuis son adolescence, ce nouveau projet sera accompagné de l’album éponyme à paraître dans les bacs en novembre chez Label Bleu. Nul doute que la musique donnera une place centrale à la guitare marquant ainsi un retour aux sonorités acoustiques et à la chanson flamenca qui saura enfiévrer notre automne.
10 décembre No Money Kids
Cergy, avec Félix Matschulat : guitare & voix, JM Pelatan : basse, synthé & machines
Sobre et sans artifices le groupe sculpte une musique évolutive où le blues rugueux rencontre l’électro haute couture. Inspiré par le mouvement Lo Fi, les Kids font vivre dans leurs textes ces hommes et ces femmes dont la misère sociale a modelé l’exclusion.
10 décembre Electro Deluxe
Cergy, avec James Copley : voix, Thomas Faure : saxophone, Vincent Payen : trompette, Bertrand Luzignant : trombone, Gaël Cadoux : claviers, Jérémie Coke : basse, Arnaud Renaville : batterie
Avec la rencontre de James Copley (Cincinnati – USA) en 2010, ELECTRO DELUXE a trouvé sa voix. Fondé en 2001, ce groupe de sept musiciens à l’énergie explosive s’est fait connaître grâce à un son unique et original, cocktail survitaminé de soul et de funk. Les tournées en France, dans le monde entier et les plus prestigieux festivals se sont succédé, entraînant un public addictif de plus en plus large dans leur sillage. Véritable réservoir musical, ELECTRO DELUXE est présent dans de nombreux projets actuels. On retrouve en effet les musiciens du groupe aux côtés de Hocus Pocus, Ben l’Oncle Soul, Mélissa Laveaux… Au centre du renouveau de la scène soul, à la frontière entre groove et jazz, ELECTRO DELUXE prend racine entre héritage et modernité avec un nouvel album Circle explorant les frontières musicales sans se soucier des limites ni des étiquettes.
11 décembre Céline Bonacina, Crystal Rain Quartet
Neuville-sur-OPise, avec Céline Bonacina : saxophone soprano & baryton, Gwilym Simcock : piano, Chris Jennings : contrebasse, Asaf Sirkis : percussions
Une pluie de crIstal éclabousse ce dernier album de la saxophoniste CÉLINE BONACINA, révélation de la scène jazz de ces dernières années ; sa particularité, jouer du baryton ou du soprano, deux instruments situés par le timbre aux opposés du spectre sonore ! Née à Belfort dans une famille de musiciens, la jeune femme s’épanouit pleinement entre l’enseignement de son art au conservatoire (La Réunion, Alençon) et la scène, qui ne cesse de la demander. Dans ce troisième album Crystal Rain, qu’elle a composé en grande partie, CÉLINE BONACINA, a recherché « une sorte d’apaisement » qui ne la prive en rien de sa force de vie capable de souffler vents violents et brises délicates. Avec ses compagnons de route tout aussi talentueux qu’audacieux, elle forme un quartette lumineux, taillé dans le cristal.
11 décembre Guillaume Peret, Free Solo
Vauréal, avec Guillaume Perret : saxophones
Avec son groupe Electric Epic, GUILLAUME PERRET avait fait sensation tant auprès de tous les spécialistes que du public… Mais voilà qu’il décide de se dégager de ce miroir flatteur pour effectuer une plongée en solitaire dans l’océan de son imaginaire, seul aux manettes de son saxophone, en se démultipliant. Cette prouesse et ce changement de cap seront accompagnés de la sortie de l’album dont GUILLAUME PERRET nous donnera la primeur, intitulé sobrement Free ! Un titre qui en dit long sur la nature même de son jazz, de ses convictions musicales, des envies de liberté extrême qui animent ce musicien « mutant » à l’oeuvre.