Jazz Au Fil de l'Oise 2019

JAFO95-2019-01

Sur cet album venez découvrir les photos de la 24ème édition du festival Jazz au Fil de l'Oise, du 05 octobre au 22 décembre 2019.

Cliquez sur l'image pour découvrir le reportage.

Si vous souhaitez obtenir des clichés issus de ce reportage, n'hésitez pas à me contacter par mail (thiebaut_p@yahoo.fr).

Merci à Isabelle Mechali et Claudette de San Isidoro pour l'autorisation d'utiliser les textes issus du programme du festival.

Album Concerts 2019 JAFO95 2012 JAFO95 2013 JAFO95 2014 JAFO95 2015 JAFO95 2016 JAFO95 2017 JAFO95 2018 Galerie photos Pascal Thiébaut Jazz Au Fil de l'Oise
05 octobre François Salque Thomas Enhco Duo
Pontoise, avec François Salque : violoncelle, Thomas Enhco : piano
Reconnu pour sa profondeur musicale, son extraordinaire technique et son éclectisme, François Salque qui bénéficie d’une carte blanche au sein du festival rencontre Thomas Enhco, jeune pianiste qui vient à peine de fêter ses 30 ans via un nouvel album solo intitulé Thirty. Deux instrumentistes hors pair qui donnent la couleur de cette édition où l’improvisation règnera en maître sur les musiques explorées.
08 novembre Baptiste Trotignon, "Solo You’ve changed"
Pontoise, avec Baptiste Trotignon : piano
La musique de Baptiste dans ce contexte du récital solitaire est toujours dans le mouvement, parfois d'une lenteur proche de la méditation, parfois d'une violente virtuosité. Elle amène également dans l'esprit de l'auditeur beaucoup d'images, comme si elle accompagnait un film imaginaire... Standards issus du grand répertoire du jazz (Cole Porter, Billie Holiday...), de la pop, de la chanson française et d’ailleurs, pièces classiques, ou compositions originales, Baptiste Trotignon a toujours à coeur de défendre l’aspect vocal du piano, arrange et dérange selon l’inspiration du moment ! Nul doute qu’il honorera le festival de titres de son nouvel album à paraître You’ve changed.
09 novembre Aksham
Neuville, avec David Enhco : trompette, Elina Duni : voix, Marc Perrenoud : piano, Florent Nisse : contrebasse, Gautier Garrigue : batterie
Le groupe Aksham est né de la rencontre de Marc Perrenoud, pianiste et compositeur suisse, Elina Duni chanteuse qui a tracé sa propre route entre traditions balkaniques et jazz atmosphérique que nous retrouvons avec plaisir et David Enhco, trompettiste français à la tête de son propre quartet, portés par une section rythmique impeccable, Florent Nisse à la contrebasse et Fred Pasqua à la batterie. La musique, suite musicale d’une grande unité, révèle les couleurs chaudes et la nostalgie de l’automne. Des personnalités fortes qui fondent leurs « solismes » dans un jeu d’ensemble intimiste servi par les beaux textes de James Joyce, Paul Verlaine … où le chant d’Elina Duni, d’une intensité rare, se transforme ici en une sensuelle caresse.
10 novembre Yom, "Eternal Odissey"
Valmondois, avec Yom : clarinette, Frédéric Deville : violoncelle, Régis Huby : violon
Cette pièce qui prend source dans l'Odyssée d’Ulysse se révèle cruellement d’actualité avec ces milliers d’êtres humains prêts à quitter leur famille, leur terre natale, au péril de leur vie, dans l’espoir de trouver un mieux être en Europe, Eldorado inatteignable. "Eternal Odyssey est une traversée, une épopée, une aventure à vivre en concert sur les territoires spirituels de la transe sous toutes ses formes. Au-delà de la performance physique et de la virtuosité exceptionnelle du trio, ce concert se vit comme une exploration d’un au-delà magique. "
14 novembre Kyle Eastwood , "Cinematic"
Bezons, avec Quentin Collins : trompette, Brandon Allen : saxophone, Andrew McCormack : piano, Kyle Eastwood : contrebasse, Chris Higginbottom : batterie
En digne fils de Clint, Kyle Eastwood est un jazzman de renom et un compositeur réputé de BO de films. Son nouvel album à paraître à l’automne sera consacré aux grandes musiques de films réarrangées en jazz, qui ont marqué Kyle et l’histoire du cinéma. Le répertoire inclura certaines musiques qu’il a composées pour son père, notamment Gran Torino, mais également d’autres compositeurs prestigieux : Ennio Morricone, Henry Mancini, Michel Legrand, Lalo Schiffrin, Éric Serra et bien d’autres. Un panorama en technicolor restitué par une équipe de musiciens de premier plan nous plongera avec délice dans l’univers du 7e art qui ne lasse jamais !
15 novembre Vincent Peirani , "Jokers" (création)
Jouy-le-Moutier, avec Vincent Peirani : accordéon, Federico Casagrande : guitare, Ziv Ravitz : batterie
Après de multiples collaborations en Duo (Émile Parisien, Michel Portal, Michaël Wollny, François Salque) ou au sein de son Quintette Living Being, Vincent Peirani artiste en résidence de cette édition, a souhaité se lancer dans une autre forme d’orchestration, celle du trio guitare, batterie, accordéon. Une formation hybride dans laquelle chacun des protagonistes peut se substituer à l’autre, pour devenir tour à tour, soliste, rythmicien, coloriste, etc. Une musique libre et imprévisible en découle, à l’instar du joker de la carte à jouer qui les place à rôle égal, complémentaire ou parfois en opposition.
16 novembre Eric Seva, "Mother of Pearl"
Mériel, avec Eric Seva : saxophones baryton, soprano et sopranino, Daniel Mille : accordéon, Alfio Origlio : piano et Fender Rhodes, Christophe Wallemme : contrebasse, Zaza Desiderio : batterie et percussions
Éric Seva est un artiste dont les racines sont nourries par le jazz, la danse, le rythme et la mélodie dont l'héritage musical est relié à l’accordéon. Pour la parution de son cinquième album en octobre 2019, il continue de créer un univers singulier autour de nouvelles compositions pour une formation en quintette. Mother of Pearl est une conversation acoustique construite principalement entre les saxophones rutilants d’Éric Seva et les touches nacrées de l’accordéon de Daniel Mille. La sensibilité et la complémentarité de ces deux artistes présentent ce nouvel opus comme une évidence, une rencontre… un nouveau voyage.
17 novembre Amir Elsaffar , "Luminescence"
Gonesse, avec Amir Elsaffar : trompette et santur, Gema Caballero : voix, Dena Elsaffar : alto et joza, Lorenzo Bianchi Hoesch : électronique, Pablo Martin Jones : percussions, Vanesa Airbar : danse
Né à Chicago, le formidable trompettiste en résidence à la Fondation Royaumont, compositeur irako-américain Amir Elsaffar, convaincu très jeune de l’importance de l’histoire des Noirs Américains dans toute la musique américaine, s’immerge dans la musique de Miles Davis, Duke Ellington, John Coltrane, Art Blakey ... Plus tard, son besoin de revenir à ses racines se fait impérieux pour en comprendre le langage, la culture. Sa quête d’approfondir l’étude du maqâm, art vocal classique d’Irak, avec les maîtres de cet art de par le monde ne le quittera plus et en fera sa singularité. Alchimiste consommé, Amir Elsaffar convie ici l’avant-garde des interprètes de Flamenco pour transcender les formes conventionnelles. L’univers sonore, envoûtant du maqâm et flamenco se découvre porté par le geste hautement personnel de la fabuleuse danseuse, la voix, et le « duende » du Flamenco allié à l’électronique, aux cordes et la trompette.
22 novembre Keyvan Chemirani, "Hâl"
Vauréal, avec Maryam Chemirani : voix, Sylvain Barou : flûtes celtiques, bansouri, duduk et cornemuse, Keyvan Chemirani : zarb, percussions et santur, Bijan Chemirani : zarb, percussions et saz
Après avoir fait connaissance du patriarche Djamchid, maître de cette percussion persane le zarb, de ses deux fils Bijan et Keyvan également férus de cet instrument, voici que se profile la fille, Maryam Chemirani, chanteuse à la voix charismatique qui nous transporte dans un voyage amoureux, tantôt soyeux et lumineux, tantôt vif et enjoué. Reposant sur la finesse de son jeu sur le santour indien et de sa brillante ingéniosité sur le zarb persan, Keyvan Chemirani s’entoure pour ce projet de véritables orfèvres : le flûtiste virtuose Sylvain Barou au son chaud et profond ; son frère Bijan Chemirani, délicat et sensible sur le saz et d’une précision stupéfiante sur les percussions. Une exploration dans la musique savante persane, le Hâl qui procure cet état extatique à la fois d’éveil et d’oubli de soi.
23 novembre Sylvain Rifflet, "Troubadours"
Persan, avec Sylvain Rifflet : saxophones, clarinettes et Shruti-Box, Verneri Pohjola : trompette, Benjamin Flament : percussions, Sandrine Marchetti : harmonium
Influencé par les histoires des grands troubadours, ce nouveau virage dans le travail de cet artiste au parcours singulier fera entendre une musique où se côtoient à la fois des influences de musique médiévale et l'écriture caractéristique de Sylvain Rifflet : de nouvelles compositions où se mêlent répétition et improvisation. Pour ce nouveau projet, le saxophoniste a choisi d’être accompagné de son fidèle percussionniste Benjamin Flament, du trompettiste finlandais Verneri Pohjola aux côtés duquel il s'est produit à maintes reprises, et de Sandrine Marchetti à l'harmonium.
24 novembre Crossborder Blues
Beaumont, avec Harrisson Kennedy : voix et banjo, Jean-Jacques Milteau : harmonica, Vincent Segal : violoncelle
Le trio que forme Crossborder est proprement exceptionnel ! A commencer par Harrisson Kennedy, Afro-Américain de nationalité canadienne, resté fidèle à ses origines sudistes où ses aïeux furent esclaves ; le bluesman entame une conversation passionnante et surprenante avec deux artistes de la scène européenne, Jean-Jacques Milteau, maître harmoniciste, spécialiste et représentant incontournable du blues en France et Vincent Segal, violoncelliste tout terrain qui a tissé des liens étroits avec l’Afrique, comme en témoigne ses extraordinaires duos avec Ballaké Sissoko. S’ensuit une série d’explorations jubilatoires autour de l’univers du blues acoustique qui ne suggère rien moins que l’avenir de la note bleue.
27 novembre Delgrès
Vauréal, avec Pascal Danae : voix et guitare, Rafgee : tuba et sousaphone, Baptiste Brondy : batterie
À travers le nom de son groupe, le chanteur, guitariste d’origine guadeloupéenne, Pascal Danaë, rend hommage à Louis Delgrès, grand défenseur de libertés pour faire abolir l’esclavage de l’île de ses ancêtres, La Guadeloupe. Constitué de Rafgee au soubassophone et de Baptiste Brondy, le trio vient de sortir un album Mo Jodi (Mourir aujourd’hui, en créole) inventant un style musical qui part des Antilles jusqu’en Louisiane et décline un blues intime, inattendu. Une terra incognita se dessine entre les cordes abrasives et le chant créole du l’auteur-compositeur- interprète Pascal Danaë et les rythmes caribéens.
28 novembre Loco Cello Quartet
Bezons, avec Samuel Strouk : guitare, François Salque : violoncelle, Adrien Moignard : guitare, Jérémie Arranger : contrebasse
Loco Cello est l'aboutissement de 10 ans d'entente et d'échanges artistiques entre François Salque et Samuel Strouk. Au croisement de la musique classique et du jazz à cordes, ils s’adjoignent le brillant guitariste de jazz Adrien Moignard et son compagnon de route Jérémie Arranger à la contrebasse. Un quartet soudé et inédit est né, entre écriture et improvisation, entre musique de chambre et jazz. S'inspirant librement du grand répertoire comme de musiques traditionnelles, Loco Cello propose un répertoire basé sur des compositions dédiées comme sur des arrangements originaux, voyageant de Félix Mendelsohnn à Django Reinhardt avec une souplesse déconcertante, tout en conservant ce son original qui le caractérise. D’une maîtrise et d’une complicité sans faille.
29 novembre Stephane Belmondo Sylvain Luc "2.0"
Eragny, avec Stephane Belmondo : trompette et bugle, Sylvain Luc : guitare
Deux musiciens phares de la scène hexagonale qui n’ont pas cessé de multiplier les collaborations, Stéphane Belmondo et Sylvain Luc se retrouvent 20 ans après, pour se mettre au diapason du 2.0. La musique est naturellement vecteur de partage de nombre de valeurs, mais avec ce nouvel outil que propose la planète internet, la capacité de s’exprimer, de communiquer s’élargit considérablement et rend le monde encore plus accessible. Nos deux compères, merveilleux musiciens s’il en est, s’en emparent pour nous toucher d’un peu plus près et sans passer par d’innombrables intermédiaires … Pour une communion totale, vive le live !
30 novembre Jacky Terrasson Trio
Ermont, avec Jacky Terrason : piano, Sylvain Romano : contrebasse, Ali Jackson : batterie
Jacky Terrasson signe son grand retour, dans le format qu’il affectionne particulièrement, le trio. Il vient d’enregistrer pour le label Blue Note un album à paraître à l’automne qui met en scène trois trios différents. L’un des trois sera sur la scène du festival, avec Sylvain Romano, à la contrebasse et Ali Jackson que nous aurons le plaisir d’accueillir pour la première fois. Le répertoire ne comprend que des compositions originales, longuement muries et ciselées par le pianiste.
1er décembre Pierre de Bethmann Fred Nardin Duo
Osny, avec Pierre de Bethmann : piano, Fred Nardin : piano
Pierre de Bethmann rencontrait Fred Nardin à la fin des brillantes études de ce dernier, au sein du Département Jazz et Musiques Improvisées du CNSMDP. De cette période naissait une réelle complicité, Fred prenant progressivement une très belle place sur la scène française du piano jazz, enchaînant les projets avec un talent et une énergie remarquables, au sein du Keystone Big Band comme en Trio, dont les albums Opening et Look Ahead témoignaient de la force. Pierre de Bethmann a, quant à lui, enchaîné des projets allant du trio revisitant tout un ensemble de standards issus de traditions musicales très diverses, au Médium Ensemble, sorte de pépinière de solistes exceptionnels au service d’un répertoire original de haute volée. Les deux pianistes se retrouvaient encore récemment dans la série de solos Jazz at Barloyd’s et comme une prolongation naturelle de l’expérience, proposent de mettre leur répertoire et leur inspiration en commun, le temps et l’espace d’un concert pour Jazz au Fil de l’Oise.
06 décembre Anne Paceo , "Bright Shadows"
Osny, avec Ann Shirley : voix, Florent Mateo : voix, Pierre Perchaud : guitare, Christophe Panzani : saxophone, Tony Paeleman : keyboards, Anne Paceo : batterie et voix
Remarquable musicienne, Anne Paceo repousse sans cesse les limites de son art pour trouver de nouvelles alchimies entre les musiciens qui composent ses groupes. Son 6e album Bright Shadows où les ombres appellent la lumière, pose sa voix sur ses mots “pour mieux chanter son poème au monde”, nous dit-elle. Un opus qui parle à tous, chante les doutes, les peurs, le temps qui passe, le questionnement de la mémoire et de l’amour. Accompagnée de ses habituels complices rejoints par deux nouvelles voix, Ann Shirley et Florent Mateo, il émane de cette compositrice sensible qu’est Anne Paceo une grande sincérité qui infuse son auditoire en le plongeant dans une puissante bienveillance.
07 décembre Vincent Peirani, "Mixtape" (création)
Pontoise, avec Basel Rajoub : duduk et saxophone soprano, Vincent Peirani : accordéon et autres, Federico Casagrande : guitares, Stéphane Edouard : percussions, Christophe Wallemme : contrebasse
Du jazz au classique en passant par les musiques du monde ou la chanson, l’accordéon de Vincent Peirani a traversé de nombreuses sensibilités musicales en rencontrant son public avec beaucoup de succès. Avec ce nouveau projet Mixtape, Vincent a l’idée de créer une sorte de kaléidoscope musical qui va associer des musiciens venus de tous horizons, allant de l’Inde en passant par l’Europe ou le Moyen Orient. Ses compagnons de route, choisis avec soin, représentant de leur culture respective vont relever le défi de ce panorama multicolore, se surprendre et se prendre au jeu d’une musique à bâtir, sans collage mais avec une profonde envie de tendre à l’universel.
08 décembre Theo Ceccaldi Roberto Negro , "Montevago"
Abbaye de Royaumont, avec Theo Ceccaldi : violon, Roberto Negro : piano
Il était une fois (“…Deux fois, trois fois” l’un des titres de leur album), deux malicieux jeunes gens Théo Ceccaldi et Ronerto Negro, qui jouent à ne pas se prendre au sérieux, en s’autorisant avec poésie et humour toutes les virtuosités musicales, sorties de routes incluses, dans le salon d’un palais de Palerme au charme désuet rappelant les ambiances de Visconti, nommé Montevago. Le cadre est posé pour le violoniste et le pianiste, musiciens époustouflants de bout en bout qui triturent le son à l’infini, le fouillent en têtes chercheuses avides de nous laisser entrevoir tout un monde à découvrir. Vous en rêviez, ils l’ont fait !
12 décembre Laurent Coulondre, "Michel on my mind"
Cergy, avec Laurent Coulondre : piano, Jeremy Bruyere : basse, Andre Ceccarelli : batterie
Laurent Coulondre a fait sensation en ce début d’année, lors de cet hommage rendu à Michel Petrucciani dont l’Académie du Jazz fêtait le 20e anniversaire de sa disparition ; il avait Michel, en tête et dans ses mains. Rien d’étonnant donc, à ce que le brillant jeune homme, “révélation” aux Victoires du jazz 2016, consacre son nouvel album à la mémoire de celui qu’il avait rencontré musicalement à ses 10 ans ! À l’image de cette harmonie intergénérationnelle entre tradition et modernité que Michel aimait entretenir, André Cecarrelli et Jérémy Bruyère, lui donnent la réplique avec brio et l’on s’en régale, à l’avance !
13 décembre Herman Salque Parisien
St Ouen l'Aumône, avec Emile Parisien : saxophone, Yaron Herman : piano, François Salque : violoncelle
Trois leaders, créateurs surdoués aux multiples récompenses s’associent pour notre plaisir fou. Yaron Herman, pianiste, remarquable improvisateur de jazz de sa génération ; François Salque, violoncelliste incontournable, doté d’un éclectisme admirable ; Émile Parisien, saxophoniste audacieux et fougueux. Tous trois, bien connus du public valdoisien, se rencontrent au sommet de leur art, dans une rivalité féconde pour un moment unique à partager. Tantôt élégante et lyrique, tantôt vivace et incandescente, leur musique célèbre l’union de différentes traditions musicales, qui, du tango au jazz, du répertoire classique aux musiques du monde, des thèmes traditionnels aux musiques actuelles sont ainsi réinventées.
14 décembre Mystic Coltrane
Courdimanche, avec Sylvain Gontard : trompette, Sebastien Jarrousse : saxophone ténor et soprano, Alexis Avakian : saxophone, Laurent Colombani : guitare, Yves Torchinsky : contrebasse, Andrea Michelutti : batterie
Cinquante ans après la disparition de John Coltrane, le sextet de jazz Mystic Coltrane dont on apprécie le talent de tous les solistes, et l'Harmonie 3ème cycle du CRR vous font parcourir l'héritage de l'histoire du jazz moderne et contemporain. Un florilège de morceaux qui ont marqué la mémoire collective des amateurs de jazz nous chatouillera les oreilles et fera bouger nos pieds à l’écoute des extraits de suite tels que « A love suprême », « First Meditations » ou « Syeeda's song flute », pour ensemble de jazz et orchestre d'harmonie.
15 décembre Thomas et David Enhco Duo
Montmorency, avec David Enhco : trompette, Thomas Enhco : piano
L’ainé, David, joue de la trompette, Thomas, lui joue du piano. Bardés de récompenses, on peut dire que les frères Enhco portent haut les valeurs artistiques de la famille Casadesus dont ils sont issus. Dès leur plus jeune âge, ils étudient parallèlement, musique classique et jazz et s’adonnent à des concerts dans les fêtes de village. Depuis, ils sillonnent le monde à la tête de leurs propres groupes, en Duo ou aux côtés d’autres artistes. Régulièrement, ils se retrouvent pour des moments uniques où leur complicité de frères fait merveille. Une musique sans frontière surgit, dense dotée de grâce et d’audace, à l’image de cette 24e édition qui s’achève.
22 décembre Claude Tchamitchian François Mechali Duo
Marines, avec Claude Tchamitchian : contrebasse, François Mechali : contrebasse
Ces deux musiciens, amoureux de leur instrument avait déjà croisé leurs cordes en duo ou trio avec d’autres éminents contrebassistes, Jean-François Jenny Clark, Beb Guérin pour François Mechali ou Barre Philipps pour Claude Tchiamitchian pour ne citer qu’eux… Leur rencontre était donc inscrite dans l’âme. Nourris de leurs expériences multiples, les deux maîtres de la contrebasse où culture classique se dispute à l’improvisation des musiques actuelles, vont tisser au gré de leur fantaisie, de leur inventivité les fils de leur univers et nous emmener sur leurs territoires, heureux de souligner une fois de plus le rôle soliste de l’instrument. Le chemin s’annonce lumineux et vibrant de poésie.